Feeds:
Articles
Commentaires

Le procès en appel se tiendra le mardi 12 juin 2012 à 14h à la Cour d’Appel de Versailles, 5 rue Carnot, 78000 Versailles (située aux grandes écuries de la Reine, à deux pas du château du Versailles).

Venez me soutenir, votre présence me sera d’une aide précieuse. Pour celles et ceux qui veulent me soutenir physiquement par leur présence pendant l’audience, il est important de rester calme pendant toute la durée de l’audience. Comme à l’école, il est important d’éviter bavardages avec son voisin ou tout comportement qui pourrait agacer les juges.

L’accès en transports se fait en RER C terminus Versailles Rive-Gauche Château de Versailles (branche C5), ou bien via le transilien SNCF ligne L terminus Versailles Rive-Droite.

L’accès en voiture se fait via la A86 ou la A13 sortie Versailles-Centres, puis suivre Château de Versailles.

5 Rue Carnot, 78000 Versailles

Publicités

Contact

Vous pouvez me contacter en m’écrivant à l’adresse suivante : collectifsoutien.nouredine@yahoo.fr

Je m’appelle Nouredine Rachedi. Dans la nuit du jeudi 24 juillet au vendredi 25 juillet 2008, un peu après minuit, en rentrant chez moi à Guyancourt (78, département des Yvelines), j’ai été violemment agressé par deux hommes. Ces derniers m’ont d’abord demandé si j’étais musulman. J’ai répondu par l’affirmative. Aussitôt, ils se sont targués d’être nazi et m’ont alors passé à tabac : coups de pieds, coups de poing, à la tête et au corps.

La violence des coups a été telle que les médecins de l’unité médico-légale des Yvelines m’ont reconnu une incapacité totale de travail (ITT) de 21 jours.

J’ai porté plainte contre eux, le 25 juillet, au commissariat de Guyancourt. Les policiers ont retenu la qualification « violences volontaires aggravées (en réunion) ». Malgré ma demande insistante, ils n’ont pas fait mention du caractère raciste de cette agression. De fait, la qualification du délit, qui figure à l’en-tête de leur procès-verbal, ne mentionne nullement que j’ai été agressé parce que je suis musulman. C’est pourtant un point important. J’ai saisi le parquet en août 2008 pour demander la requalification de la plainte.  Au commissariat, les policiers m’ont montré les photos de 89 personnes. J’ai pu ainsi identifier formellement l’un de mes agresseurs, connu des services de police.

J’ai été confronté à l’ agesseur identifié. Un juge d’instruction a été désigné, mon agresseur a été mis en examen et placé sous détention provisoire, et la circonstance aggravante de racisme est retenue. Deux semaines plus tard, mon agresseur est remis en liberté.

L’ enquête permettra d’identifier mon deuxième agresseur. Au bout de plus de trois ans d’instruction, une ordonnance de renvoi devant le tribunal de correctionnel de Versailles est prononcé. Le procès s’est tenu le 31 janvier 2008. Mes agresseurs ont continué de nier les faits tout au long de l’instruction malgré des charges solides dans le dossier. Le procureur a requis des peines de prison pour mes deux agresseurs.

Le 14 février 2012, le tribunal relaxe mes deux agresseurs au bénéfice du doute. Le 17 février 2012, le parquet décide de faire appel. Je décide aussi de faire appel de ce jugement. Ainsi, le procès en appel de mes agresseurs se tiendra mardi 12 juin 2012 à la cour d’appel de Versailles.

‘‘Le bénéfice du doute” pour les agresseurs de Nouredine Rachedi. Le jugement est tombé le 14 février dernier. Kevin Lamadieu et Romain Blandin, jugés pour “violence en réunion à raison de l’appartenance religieuse” ont été relaxés au bénéfice du doute.

Terrible jugement pour leur victime, Nouredine Rachedi qui a eu le malheur de croiser leur route dans la nuit du 24 juillet 2008. Ces deux jeunes hommes, proches des groupuscules d’extrême droite – Kevin est même considéré comme dangereux par les services de police, à cause de multiples agressions dont il est l’auteur et pour lesquels il a déjà été maintes fois condamné –, nient avoir battu violemment Nouredine “parce qu’il est musulman”. Pourtant, ils ont été identifiés par leur victime dès les premières semaines de l’enquête. Aujourd’hui, Nouredine se demande s’il ira en appel. “Ces trois ans et demi m’ont fait beaucoup de mal. Si je vais en appel et que le jugement est confirmé, je ne sais pas si j’arriverai à m’en remettre”, avoue-t-il.

Difficile de se reconstruire après une telle agression, et encore plus lorsque son statut de victime n’est pas reconnu. “Je ne veux pas que mon histoire soit instrumentalisée et alimente les discours haineux. Je suis une victime, donc je porte plainte et je m’en remets à la justice de mon pays.”

Hélas, ce type de jugement donne du grain à moudre aux extrémistes de tous bords, les uns se sentant légitimés dans leur islamophobie et les autres, confortés dans l’idée que la France est raciste. N. L.

Source : Le Courrier de l’Atlas

Mardi, après plus de trois ans d’attente, le tribunal correctionnel de Versailles à prononcé la relaxe pour les deux agresseurs présumés de Noureddine Rachedi. Malgré un dossier très solide, le parquet a décidé de relâcher les deux prévenus « au bénéfice du doute ».

Dans la nuit du 24 au 25 juillet 2008 à Guyancourt (Yvelines), M. Rachedi avait été lynché à cause de son appartenance à l’islam. Ce dernier a fait entendre qu’il ferait certainement appel si le procureur ne l’a pas fait avant lui.

Source : Le Courrier de l’Atlas

En 2008, Nouredine Rachedi avait été agressé par 2 skinheads qui lui avaient demandé au préalable s’il était bien musulman. Plus de 3 ans après, le procès va enfin avoir lieu, ce mardi. Si théoriquement les deux agresseurs risquent jusqu’à 7 ans de prison, l’issue du procès est incertaine car les deux hommes nient les faits. Nouredine Rachedi a pourtant terminé à l’hôpital, avec hématomes, plaies au crâne, et décollement du poumon.

Cette agression islamophobe ignoble, qui a valu à la victime 21 jours d’ITT, est fermement condamnée par le CCIF qui s’est porté partie civile dans ce procès et qui sera présent mardi afin de soutenir Nouredine Rachedi. Malgré les preuves fournies, il aura fallu plusieurs semaines avant que le parquet reconnaisse le caractère raciste de l’agression :

« J’aurais aimé que le parquet se rende compte par lui-même plutôt que d’avoir à donner des interviews au mois d’août 2008. Cet épisode me reste en travers de la gorge », déclare le jeune homme au site Saphirnews.

Malgré cela, le tribunal a décidé de relaxer les deux individus. Le parquet, ainsi que Nouredine Rachedi et le CCIF ont décidé de faire appel de cette décision injuste.

Source : Collectif Contre l’Islamophobie en France

Sur StreetPress Nouredine Rachedi est «abasourdi» après que le tribunal de Versailles ait relaxé les 2 «nationalistes» suspectés de l’avoir tabasser à l’été 2008. Le jeune homme compte faire appel «dès qu’il aura réalisé ce qui lui arrive.»

Image

Nouredine Rachedi, le jour du procès

Mardi 14 février, le tribunal de Versailles a relaxé Kevin Lamadieu et Romain Blandin, les deux agresseurs présumés de Nouredine Rachedi, victime d’un passage à tabac pendant l’été 2008. Joint par StreetPress quelques minutes après le verdict, Nouredine Rachedi a fait part de son incompréhension:

« Je suis choqué. Abasourdi complet. Compte tenu du dossier je pensais au moins que le premier que j’avais identifié … N’importe quel observateur l’aurait condamné ! »

N’importe quel observateur l’aurait condamné !

Agression raciste Le 25 juillet 2008 vers 00h50 Nouredine Rachedi avait été arrêté par deux hommes dans un parc à Guyancourt (Yvelines), alors qu’il rentrait à son domicile. Les deux hommes lui avaient demandé « s’il était arabe » et ce qu’il pensait « des événements en ex-Yougoslavie » avant de le passer à tabac. La ratonnade avait entraîné 21 jours d’incapacité totale de travail pour le statisticien de 34 ans.

Quelques jours après l’agression, Nouredine Rachedi reconnait Kevin Lamadieu parmi les photos d’individus dangereux que lui tend la police. Au moment de son interpellation, la police découvre chez le suspect de 22 ans, passé par le GUD , un portrait d’Hitler et des photos du jeune homme en train de faire le salut nazi. 8 mois après, grâce à des recoupements téléphoniques, ils découvrent qu’il était avec Romain Blandin le soir de l’agression. Nouredine Rachedi reconnaît le deuxième suspect comme son autre agresseur.

Appel « On n’a pas encore le motif de leur délibération, nous n’avons pas reçu le jugement », explique l’avocate de M. Rachedi Nawel Gafsia qui a pris acte de la décision de la présidente du tribunal de relaxer les suspects. « Elle a du penser qu’il y avait un doute tout simplement. »

Image
Nouredine après son agression

Nouredine Rachedi donne lui sa vision du verdict:

« On est dans un pays gangréné par l’islamophobie. »

Le jeune homme qui expliquait à StreetPress être devenu depuis son agression « hypersensible sur les questions de racisme » envisage de faire appel:

« Tout le monde me dit de le faire mais pour le moment je ne réalise même pas. J’ai 10 jours pour faire appel, je le ferai quand j’aurai réalisé ce qui arrive. »

Joint par StreetPress Pascal Fournier, l’avocat de Romain Blandin, n’est pas surpris par le verdict:

« Concernant mon client, c’était la décision que j’attendais. La reconnaissance avait été tardive et par formelle du tout. »

Source : StreetPress