Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Les faits’ Category

Je m’appelle Nouredine Rachedi. Dans la nuit du jeudi 24 juillet au vendredi 25 juillet 2008, un peu après minuit, en rentrant chez moi à Guyancourt (78, département des Yvelines), j’ai été violemment agressé par deux hommes. Ces derniers m’ont d’abord demandé si j’étais musulman. J’ai répondu par l’affirmative. Aussitôt, ils se sont targués d’être nazi et m’ont alors passé à tabac : coups de pieds, coups de poing, à la tête et au corps.

La violence des coups a été telle que les médecins de l’unité médico-légale des Yvelines m’ont reconnu une incapacité totale de travail (ITT) de 21 jours.

J’ai porté plainte contre eux, le 25 juillet, au commissariat de Guyancourt. Les policiers ont retenu la qualification « violences volontaires aggravées (en réunion) ». Malgré ma demande insistante, ils n’ont pas fait mention du caractère raciste de cette agression. De fait, la qualification du délit, qui figure à l’en-tête de leur procès-verbal, ne mentionne nullement que j’ai été agressé parce que je suis musulman. C’est pourtant un point important. J’ai saisi le parquet en août 2008 pour demander la requalification de la plainte.  Au commissariat, les policiers m’ont montré les photos de 89 personnes. J’ai pu ainsi identifier formellement l’un de mes agresseurs, connu des services de police.

J’ai été confronté à l’ agesseur identifié. Un juge d’instruction a été désigné, mon agresseur a été mis en examen et placé sous détention provisoire, et la circonstance aggravante de racisme est retenue. Deux semaines plus tard, mon agresseur est remis en liberté.

L’ enquête permettra d’identifier mon deuxième agresseur. Au bout de plus de trois ans d’instruction, une ordonnance de renvoi devant le tribunal de correctionnel de Versailles est prononcé. Le procès s’est tenu le 31 janvier 2008. Mes agresseurs ont continué de nier les faits tout au long de l’instruction malgré des charges solides dans le dossier. Le procureur a requis des peines de prison pour mes deux agresseurs.

Le 14 février 2012, le tribunal relaxe mes deux agresseurs au bénéfice du doute. Le 17 février 2012, le parquet décide de faire appel. Je décide aussi de faire appel de ce jugement. Ainsi, le procès en appel de mes agresseurs se tiendra mardi 12 juin 2012 à la cour d’appel de Versailles.

Publicités

Read Full Post »